Actualités du lycée

Seconde 6, seconde 5 de vrais comédiens

Par Les CPE / Vie Scolaire, publié le vendredi 5 avril 2019 17:12 - Mis à jour le vendredi 5 avril 2019 17:12
AFFICHE_FINAL-GREC-1-727x1024.jpg
Seconde 6 et Seconde 5, de vrais comédiens ! La guerre de Troie a bien eu lieu !

                                   Seconde 6 et Seconde 5, de vrais comédiens !

 

 

La guerre de Troie a bien eu lieu ! C’est avec un art consommé et une bonne humeur qui n’appartient qu’à eux que 24 valeureux élèves de la Seconde 6, secourus par un prompt renfort de six vaillants élèves de Seconde 5, ont mis en scène et interprété les scènes finales de l’Acte II  de la pièce de Jean Giraudoux La Guerre de Troie n’aura pas lieu dans le cadre du Festival des Langues anciennes, vendredi 22 mars à la Croix-Rousse. Ni latinistes ni hellénistes ils ont incarné les héros de l’épopée homérique comme s’ils nous faisaient vivre leurs souvenirs d’une Antiquité où ils auraient vécu !

Hélène et Andromaque étaient de belles princesses,    

       Hector, un chef de guerre dont l’autorité se faisait fragile, comme s’il avait connu d’avance le

       sort qui l’attendait,

                Ulysse aux mille ruses ne s’en laissait pas conter,

                          Oiax, tonitruant, défendait avec force ses bateaux,

                                   le beau Pâris tenait plus à sa peau qu’à l’amour de la belle Hélène

                                           Démokos,  le poète troyen, tout chancelant, laissait avant

                                            l’heure Homère, le poète grec, chanter la gloire des héros,  

                                                     Priam et Hécube étaient fiers encore de la grandeur de

                                                     leur royaume,

                                                            Olpidès et ses gabiers nous firent rougir par leurs

                                                             sous-entendus grivois,                                      

                                                                     la foule querelleuse des grecs et celle des

                                                                     Troyens irrités faisaient de la scène un joyeux

                                                                      microcosme où se jouait pourtant l’avenir

                                                                                       du monde !                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

 

Comme Homère le chante dans L’Iliade, au début, l’aventure fut celle de tous les dangers et la menace rôdait… Fut-ce Athéna ? Fut-ce Apollon ? Le bon vent se mit à souffler et gonfla les voiles. Le navire de guerre se fit bateau de croisière ! Nos comédiens furent beaux, nos comédiens furent grands ! Leur sourire et leur envie de réussir ont transformé l’épreuve en un moment de bonheur !

 

Les costumes n’arrivaient pas ? Ils se grimèrent le visage et nouèrent des bandanas colorés sur leurs têtes !

La sono laissait à désirer ?  Christophe et Jimmy, nos magiciens, enchantèrent nos oreilles grâce à leurs prouesses.

La vidéo fonctionnait mal ? Ce fut une pluie  de couleurs qui annonça la divine Iris, dont la voix d’outre-cieux vint annoncer le verdict des dieux !

 

Les textes coulaient, les gestes étaient au point, un blanc s’est masqué avec art grâce à leur sens de l’à-propos ! De véritables talents se sont dévoilés et peut-être même des vocations sont-elles nées !

 

           Quel enchantement !                   Quel bonheur !                      Un grand merci !

 

                                                                    

 

                                                                                             Le public comblé