Nouveautés sur le site

Voyage en Sicile, février 2017

Par Référent Culture, publié le mercredi 29 novembre 2017 21:15 - Mis à jour le mardi 5 décembre 2017 19:07
Voyage en Sicile
Pour ce voyage ayant eu lieu du 12 au 17 février, 60 élèves de seconde, première et terminale, étudiant le grec ou le latin, se sont rendus en Sicile avec 4 professeurs accompagnateurs : M. Castellon et Mmes Couly, Martinet et Portelli.

Dimanche 12 février

 

Nous partons  de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry à 14h15, et après une escale de cinq heures à Rome, nous redécollons   direction Catane où nous arrivons  à 20h15 pour finalement rejoindre notre premier hôtel, dans la région de Syracuse.

 

 


La Sicile est la plus grande île de la Méditerranée. Seulement trois kilomètres  la séparent de l'Italie, par le détroit de Messine. Un projet de pont reliant l’île au continent avait été envisagé mais il a été abandonné suite aux protestations des écologistes et au coût d’une telle réalisation.
La Sicile est entourée de petites îles, notamment les îles éoliennes au nord. Cinq millions d'habitants habitent en Sicile, ils vivent essentiellement de l'agriculture (principalement de la culture de la vigne et  des agrumes) et de la pêche (il y a environ 25.000 pêcheurs sur l'île).


Elle est considérée comme une région indépendante qui a pour capitale Palerme.

Historiquement, la Sicile a longtemps été considérée comme un lieu stratégique car elle était un « grenier à blé », c'est-à-dire que d'importantes réserves de vivres étaient disponibles sur l'île. C'était également un lieu stratégique car, au centre de la  Méditerranée, elle se situe entre l'Afrique et l' Europe. Elle a été un carrefour des civilisations ; en effet,  elle a été occupée successivement par  les Grecs,  les Carthaginois, les Romains, les Arabes, les Normands, les Français… En 1943, a eu lieu sur les plages siciliennes le  débarquement des forces américaines.

Gautier et  Alexandre

Lundi 13 février

 

Nous commençons nos visites par la cité de  Syracuse, fondée au VIIIème siècle par les Corinthiens. La zone archéologique occupe l’ancien quartier de  Néapolis. Nous y voyons d'abord le théâtre grec, inauguré en 585 av. J.-C. puis  l'Oreille de Denys, grotte artificielle située dans la Latomie du Paradis qui est une ancienne carrière de pierres. A l'époque,  cette cavité de 67 mètres de long constituait une excellente prison. Son nom vient d’une part, de la ressemblance de son entrée avec une oreille de faune et d'autre part,  du tyran Denys l'Ancien qui écoutait à l'entrée les conversations des prisonniers qui y étaient enfermés.

 

 

 

Théâtre grec. Il est construit en pierres calcaires qui se dissolvent dès qu'il y a de l'acidité d'où la présence  de trous dans les pierres.

 

creux qui symbolise un fleuve et qui  sépare spectateurs et acteurs.

 

Puis nous nous arrêtons devant l'autel de Hiéron II, qui mesure un stade (unité de distance grecque) soit 190 mètres et qui date du IIIème siècle av. J.-C. Hiéron a fait construire cet autel pour que  les bœufs sacrifiés aux dieux soient partagés entre tous les habitants de la ville.

 

C’est l’heure de déjeuner : nous pique-niquons en bord de mer sous un soleil printanier.

 

L'après-midi,  nous admirons le temple d'Apollon, le plus ancien des temples doriques périptères de Sicile, puis  la fontaine d’ Aréthuse, changée en source par Artémis.


 

 

 

 

 

Nymphe Aréthuse tentant d'échapper aux avances du dieu fleuve Alphée.                                                             

 

 

 

Sur la piazza del Duomo,  arrêt devant  la cathédrale baroque du XVIIIème siècle qui était à l’origine un temple dédié à Athéna.  Nous profitons de notre  temps libre pour manger une glace, faire quelques achats et admirer le coucher de soleil avant de rentrer à l'hôtel.

 

 

                                                                                                    Anaïs et Célia 

 

Mardi 14 février

 

Nous quittons Syracuse pour Piazza Armerina, petite ville du centre de la Sicile, où se trouve l’immense  villa du Casale (3500 mètres carrés), du IIIème ou IVème siècle ap. J. C.,    mondialement connue pour l’étendue et la somptuosité de son pavement en  mosaïques qui recouvre la presque totalité du sol. Les mosaïques  les plus célèbres sont celles figurant des Amours  pêchant ou jouant avec des dauphins et celles qui relatent la capture et le commerce des animaux de cirque. Mais celle qui nous étonne le plus représente  les jeux sportifs de jeunes filles vêtues d’une sorte de bikini.

Nous reprenons ensuite le bus en direction d’Agrigente, au sud-ouest de l’île,  et de sa fameuse  Vallée des Temples, parmi lesquels le temple de la Concorde, érigé entre 450 et 440 av. J.C. C’est le plus majestueux et le mieux conservé avec son péristyle formé de 24 colonnes.  Nous terminons la journée par la visite du Musée Archéologique.  

 

 

 

Mercredi 15 février

 

Nous avons plus de  deux heures de route avant d’arriver à Palerme, principal port et  capitale de la Sicile, sur la côte Nord. Nous y  visitons le Palais des Normands, un édifice situé sur la Place de l’Indépendance. La chapelle Palatine,  édifiée au premier étage entre 1130 et 1140, fait l’objet de notre admiration.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La particularité de la chapelle est la richesse de sa décoration, que ce soit celle du plafond de bois ouvragé à la manière arabe, celle des mosaïques de style byzantin ornant les absides ou celle des revêtements de marbre au sol.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’après-midi, nous allons à Monreale, ville située à une dizaine de kilomètres de Palerme.  Nous entrons dans la cathédrale Santa Maria Nuova  dédiée à la Vierge Marie.  Les mosaïques sur fond d’or qui ornent les murs intérieurs de Santa Maria Nuova représentent des scènes de la Genèse, de la vie de Jésus et des Apôtres.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                      

 

 

 

                                                                                                             Matthieu 

Jeudi 16 février

 

Ce matin, le réveil sonne tôt. Nous nous préparons à quitter l’hôtel pour 4 heures de route, direction la côte Est et l’Etna. Culminant à 3350 mètres (nous nous contenterons de monter à 1900 mètres), c’est le plus haut volcan actif d’Europe. Pour les Grecs, l’Etna était le domaine d’Héphaïstos, qui avait installé  ses forges dans ses entrailles  et y avait forgé les flèches d’Artémis et d’Apollon,  le bouclier d’Achille, l’égide de Zeus et d’Athéna…
Nous découvrons la folle aventure de la neige sur les flancs d’un volcan. Au programme, luge dans les cratères, marche dans la poudreuse et bien sûr, bataille de boules de neige, le tout sous un ciel radieux. Arrivé midi, nos ventres grondent : rien de mieux que les fesses mouillées  pour apprécier nos sandwichs italiens !

 

 


Nous descendons de l’Etna pour nous rendre à Taormine, en balcon sur la mer et face au volcan. Nous changeons complètement de décor : c’est un magnifique théâtre gréco-romain du IIIème siècle  av. J. C., fort bien conservé,  qui nous offre une vue époustouflante sur la Méditerranée. Surprise de la part de nos professeurs : une glace artisanale avant les derniers achats.
Nous retournons à Catane dormir dans un hôtel proche de l’aéroport.

 

Vendredi 17 février

 

L’atmosphère est pesante. Nous quittons à regret la Sicile, la tête pleine de souvenirs. Notre avion décolle à 9h05 et après une escale à Rome, nous sommes de retour à Lyon Saint-Exupéry à 15h. 

 

                                         Marion, Ambre, Pierre, François.
 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe