Nouveautés sur le site

Un Gascon à Descartes ?

Par Filière L, publié le lundi 20 novembre 2017 12:02 - Mis à jour le lundi 27 novembre 2017 21:07
Cyrano-page001.jpg
Le mardi 14 novembre 2017, les élèves de 1ère L/ES ont assisté avec leur professeur de français Madame Couly, à la représentation de Cyrano Project, une pièce adaptée de l’œuvre célèbre d’Edmond Rostand Cyrano de Bergerac.

  Cette pièce  est mise en scène  par Caroline Boisson et jouée par Jérôme Sauvion, fondateur de la Face Nord Compagnie. Ce dernier est  d’ailleurs  seul en scène,  au théâtre de l’Iris, à Villeurbanne.

     Afin  de préparer cette sortie, la classe a reçu le comédien le jeudi 9 novembre,  afin qu’il puisse parler de sa démarche originale.

     Jérôme Sauvion  a d’abord présenté tous les personnages qu’il interprète (une dizaine) dans la pièce qu’il a créée  il y a 4 ans et qui fêtera d’ailleurs sa 100e représentation le dimanche 19 novembre, avant d’expliquer les astuces qu’il lui a fallu imaginer pour que le jeu d’acteur soit le plus simplifié et le plus clair  possible : la pièce a été raccourcie (passant de 3h à 1h 45), le comédien porte un costume noir tout à fait neutre et   accompagne son jeu d’un accessoire ou d’une attitude caractéristique  pour chaque personnage, ce qui lui permet de passer très rapidement de l’un à l’autre :   Ragueneau   brandit  un rouleau à pâtisserie et  Lignière,  alcoolique, chancelant,  une bouteille de vin ; le beau Christian de Neuvillette se recoiffe et remet son foulard en place ; Cyrano , bien évidemment, se  touche le nez de son index.  La pièce repose aussi sur le principe du champ-contrechamp, technique empruntée au cinéma, c’est-à-dire que pour les dialogues, Jérôme Sauvion parle à un personnage invisible  mais dont on imagine la présence (comme s’il parlait à une caméra). L’imagination du spectateur est aussi mise à contribution  pour les décors : le comédien lit les didascalies qui s’y rapportent  à chaque nouvel acte pour que le public puisse imaginer la scène et se la représenter, puisqu’il n’y a que peu d’éléments décoratifs sur l’espace scénique.

     Les élèves ont pu ensuite poser  quelques questions au comédien  que la classe a donc  retrouvé avec curiosité au théâtre de l’Iris le  mardi suivant.

 

Baptiste, 1ère LES

 

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe