Nouveautés sur le site

La dispute au lycée Descartes !

Par Filière L, publié le mercredi 20 décembre 2017 18:00 - Mis à jour le jeudi 21 décembre 2017 19:03
balagan.jpg
Le lundi 18 décembre 2017, les élèves de 1ère L-ES ont reçu une nouvelle fois le Balagan Système qui était déjà venu en octobre leur jouer une représentation d'une dispute entre Socrate et Hippias sur la définition du Beau.

Cette fois-ci, les acteurs ont revêtu leur costume de modérateurs. En effet, ce sont les élèves qui se sont prêtés au jeu de la dispute en incarnant des personnages, célèbres ou non, empruntés à l’Histoire ou à la fiction. Ainsi nous avons pu retrouver les célèbres Sigmund Freud et Martin Luther-King, la fille du mythologique Icare ou d’autres personnages plus contemporains comme une mère au foyer, un prisonnier, une femme politique ou un ingénieur. Tout ceci pour débattre sur la véracité d’une affirmation : « le rêve ne sert à rien ».

 

Dans cette optique de débat, les deux groupes formés (pour et contre) se sont réunis lors de la première partie de la séance afin de préparer leurs arguments pour la dispute. Avec l’aide des modérateurs, les élèves des deux groupes ont su aisément définir et interpréter tous les termes de ce sujet et ont habilement distingué deux types de rêve : le rêve conscient, il s’agit d’un projet, d’un objectif à atteindre et le rêve endormi, qui fait intervenir notre inconscient.

 

Est ensuite venu le temps de la dispute où tous les élèves se sont exprimés dans le respect et l’écoute de l’autre pour défendre leurs positions, Ainsi Martin Luther King a défendu l’utilité du rêve conscient, qui sert selon lui à faire évoluer les sociétés. Il a d’ailleurs fait référence à son discours célèbre « I have a dream » contre la ségrégation raciale. Un prisonnier s’est aussi exprimé, en évoquant le fait que le rêve, et le rêve endormi notamment, lui permettait de s’échapper de sa réalité carcérale et de garder espoir pour tenir jusqu’à sa libération. Loin d’être de son avis, une mère au foyer a vivement réfuté son argument en racontant l’histoire de son fils qui se faisait persécuter et harceler par ses camarades, elle avait alors décidé de lui offrir un jeu vidéo pour qu’il puisse lui aussi s’échapper de sa réalité violente et rêver le temps d’un instant. Mais à force de trop rêver sur ses jeux-vidéos, son enfant est devenu dépendant de cette réalité artificielle et ne pouvait plus s’en passer. Son addiction l’empêche maintenant de mener un mode de vie sain. Un ingénieur rejoint cette mère dans l’idée que le rêve en trop grande quantité empêche la réalisation de projets concrets.

 

Le débat s’est enfin terminé par la conclusion des deux partis sur leur positon, qu’ils ont doublé d’une concession à l’adversaire. Les élèves ont été très impliqués dans ce débat et ont mené leur rôle avec brio jusqu’à la fin, écoutés attentivement par les accompagnateurs (le Balagan Système, ainsi que Mmes Couly et Sudre, professeurs de la classe et Mme Iriu, professeure documentaliste).

 

Ce moment agréable se réitérera plus tard dans l’année, puisque les élèves recevront une nouvelle fois le Balagan Système pour une nouvelle dispute.

 

Baptiste, Alice, Éloïse, 1ère LES

Pièces jointes
Aucune pièce jointe