Témoignages de cursus post-bac

Témoignages de cursus post-bac

Par Filière S-SVT, publié le mardi 18 octobre 2016 20:30 - Mis à jour le lundi 4 septembre 2017 18:31

Nous vous présentons ci-dessous quelques témoignages d'anciens élèves du lycée sur leurs études Post-Bac en rapport avec les thèmes (biologie, médecine, géologie...) étudiés dans les filières S-SVT, STL et en spécialité SVT.

"Anciens élèves de Descartes, n'hésitez pas à nous envoyer vos témoignages afin d'aider et rassurer les futurs bacheliers dans leur choix parmi toutes les filières Post-Bac ! "

ISARA (Institut Supérieur d'Agriculture et d'Agroalimentaire Rhône-Alpes)

Je suis à l'ISARA (Ecole d'ingénieur en Agro-alimentaire à Gerland) je suis rentrée sur dossier avec un entretien individuel et collectif.

C'est une prépa dite intégrée et il n'y a pas de concours à la fin de la 2ème année. C'est une autre ambiance que la prépa classique, pas d'esprit de compétition, une super ambiance avec les autres promotions grâce au système de "parrainage" qui est mis en place durant la semaine d'intégration.

Le but de l'école est de nous garder durant ses 5ans.

Les profs et les intervenants (car ils peuvent être chercheurs etc..) sont géniaux et à l'écoute. Ils sont passionnées et font cours en amphi avec toute la promotion de 145 et TD/TP (Travaux dirigés, exercices, expériences) en petit groupe de 40. 

Il faut savoir s'organiser pour gérer tout le travail qui n'est pas forcément donné par les professeurs, nous devons gérer nos révisions et notre travail pour n'avoir aucun retard avant les examens qui arrivent nombreux et tous en même temps.

J'ai pu continuer à faire une activité extrascolaire car je n'habite pas très loin de l'école et le trajet n'est pas long. Beaucoup d'activités et d'associations sont proposées au sein de l'école ainsi que des fêtes par le BDE et des conférences pour notre culture générale.

Nous avons beaucoup de nouvelles matières comme la zoologie, la biologie moléculaire, cellulaire (beaucoup de points communs avec le programme de médecine mais beaucoup moins de "par cœur") et la biochimie organique etc...

Effectivement il faut aimer la biologie. Les parcours de spécialisation se choisissent en 4ème année pour toucher à tout avant notre choix qui n'est pas forcément obligatoire nous pouvons devenir ingénieur généraliste en biologie.

C'est très varié nous pouvons aussi travailler dans le marketing, l'environnement, l'agriculture, l’élevage, auprès des vétérinaires, en entreprise, en production agro-alimentaire, ...

Une fois qu'on trouve le rythme, tout est bon il faut juste être motivé !

Laurine T.

 

Prépa BCPST (Biologie, Chimie, Physique et Sciences de la Terre)

Je viens de finir ma prépa BCPST à Grenoble, voici quelques informations sur le déroulement de ces deux années.

Généralités

La prépa BCPST (Biologie Chimie Physique Sciences de la Terre) est plus connue sous le nom de prépa bio-veto. En effet, elle résulte du regroupement des prépas bio et veto.

Cette filière permet d'accéder a 4 grands types d'écoles :

- les écoles d'agronomie (telles qu'Agro-Paris-Tech, l'école de Toulouse, Montpellier, . . . - les écoles vétérinaires (au nombre de 4, vers Paris, Lyon, Nantes et Toulouse)

- les écoles de géologie (a Nancy, Strasbourg, . . . )

- les écoles nationales supérieures (a Ulm, Lyon, Cachan et l'école des Ponts et Chaussées)

Cours

En prépa, les cours ressemblent beaucoup aux cours de lycée : vous avez des plages de 1 a 3 heures pour chaque matière lesquelles étant : biologie/géologie (il fallait s'y attendre, avec moins de géologie que de biologie), maths et physique-chimie pour les matières principales, mais aussi informatique, géographie (seulement en deuxième année), français-philo, anglais et pour ceux qui le souhaitent une LV2. Il y a aussi un horaire prévu pour les TIPE (travaux d'initiative personnelle encadrés) qui ressemblent un peu aux TPE de première.

De ce point de vue-là, peu de différence avec le lycée. Cependant, les cours vont plus vite et les chapitres s'enchainent sans pause. L'objectif est donc de prendre le moins de retard possible.

Les TP

En première année vous aurez 3h de TP de biologie/géologie et 2h de TP de physique/chimie par semaine.

Les TP de bio/géol.' sont encadrés: on vous donne les protocoles, on vous dit quoi observer, mais cela n'empêche pas qu'ils demandent une certaine autonomie. Prendre des notes, faire des schémas voire des dessins d'observation. On vous aidera a bien comprendre les TP et a les fixer (on retient plus de choses quand on passe 10 min à faire un schéma d'observation que si on passe 10 s à regarder une coupe du commerce). Cela vous permettra aussi de vous entrainer à faire les choses rapidement.

Les TP de physique/chimie ont un fonctionnement différemment : souvent il faut les préparer chez soi avant le TP et sur place il faut faire les manipulations et préparer un compte-rendu de TP (qui contiendra les réponses aux questions posées dans l'énoncé s'il y en a ainsi que tout ce que vous avez fait et pourquoi au cours du TP). C'est un travail qui peut être fastidieux mais qui s'avère précieux pour réviser les concours.

TIPE

Les TIPE sont des travaux de recherche à faire par groupe de 2 à 4. 2h toutes les deux semaines leurs sont consacrées en première année. Cette plage passe à 2 ou 3h par semaine en deuxième année. Tous les ans les concours annonce le thème des TIPE pour l'année suivante. Ce thème est souvent très vaste car il est commun à toutes les filières scientifiques (cette année le thème était : "Structure : organisation, complexité, dynamique").

Les TIPE sont l'occasion d'approfondir un sujet particulier de votre choix avec tout le matériel du lycée à votre disposition (voire un peu plus, un certain budget est attribué à chaque groupe). Attention, les TIPE ne sont pas des exposés. Vous devrez faire preuve d'esprit scientifique : vous poser des questions dont la réponse n'est pas (facilement) trouvable sur internet, poser des hypothèses, élaborer des expériences vous permettant de valider ou non ces hypothèses et exploiter les résultats obtenus de manière rigoureuse. Pour vous assister dans ce travail ambitieux vous aurez la supervision de votre prof de bio mais aussi de physique-chimie et de maths. En plus de tout ce monde, vous pourrez avoir l'aide précieuse des laborantin-e-s. Ne négligez pas leur aide, ce sont souvent eux qui ont les meilleures idées pour vous sortir du pétrin.

L'équipe enseignante

Les profs : Ils sont là pour vous tirer vers le haut, pour vous aider à trouver de bonnes méthodes de travail et pour répondre à vos questions (entre autres).

Bien sûr, ils y arrivent plus ou moins bien (ils ne sont pas infaillibles et peuvent ne pas se rendre compte des efforts que vous fournissez), mais quoi qu'ils fassent c'est avec votre progression ou votre santé en tête.

De plus, ils sont souvent extrêmement disponibles. Si vous avez une question sur le cours, un DM, un exo de colle, vous pouvez toujours leur envoyer un mail auquel ils répondront souvent en moins de 24h.

Enfin, ils n'ont qu'une seule classe par an, ils peuvent donc vous connaitre personnellement et ^être de bons conseillers si vous rencontrez des difficultés qu'elles soient scolaires, personnelles, . . .

Les colleurs/khôlleurs : Ce sont les personnes qui vous font passer les colles. Ils peuvent ^être des profs de prépa (votre prof même), des profs du secondaire ou encore des extérieurs (profs dans d'autres lycées, à la fac...)

Souvent vous n'échangerez avec eux lors des colles, ils ne vous connaissent pas et peuvent ^être "old school". En première année vous pourrez peut-être tomber sur des colleurs dont l'empathie réduite est un peu dure à supporter. Il faut garder en tête que rater une colle n'est pas grave et essayer de tirer de cette longue et douloureuse heure le maximum d'informations pour progresser.

Méthode de travail

Malheureusement, il n'y a pas solution magique pour travailler les cours. On vous demandera de connaitre beaucoup de choses, parfois assez détaillées, parfois qui ne vous semblent pas encore pertinentes ( ne vous en faites pas, ça viendra), et pour cela votre meilleure arme sera une méthode de travail qui vous correspond et qui vous permet d'être le plus efficace longtemps.

Vous retenez en écrivant votre cours ? En faisant des exos ? En le chantant ? Vous avez besoin d'un calme absolu ? De musique ? Quels que soient votre façon de faire, elle est adaptée à partir du moment où elle vous a permis de comprendre et d'assimiler le cours.

Trouver sa méthode de travail peut prendre un peu de temps, mais ne désespérez pas (l'admission en deuxième n'est pas jouée avant la fin de l'année) et n'hésitez pas à en parler aux profs qui pourront vous aider à adopter la méthode la plus adaptée.

Interrogations

La prépa fournit un environnement extrêmement encadré par rapport à d'autres voies de l'enseignement supérieur, et ce particulièrement concernant l'apprentissage régulier des connaissances.

Toutes les semaines vous devez donc vous rendre aux colles (ou khôlles, a raison de 1 ou 2 fois par semaine, ce sont des interrogations orales d'une heure par groupe de 3), aux DS (un par semaine sur une plage prévue pour, souvent le samedi matin). De plus, en première année, les profs font des interros de cours régulièrement (une par semaine ou de manière aléatoire). C'est un moyen de gagner des points facilement et de prouver que vous travaillez le cours régulièrement et sérieusement.

La vie en prépa

Etre en prépa signifie passer pas loin de 10h par jour avec les gens de votre de classe, voire plus selon votre régime (demi-pensionnaire, interne-externe ou interne). C'est donc l'occasion de créer des liens forts avec des personnes partageant de nombreux centres d'intérêts avec vous.

Chaque prépa a ses traditions, mais souvent vous pourrez assister à une soirée d'attribution des parrains/marraines (un deuxième année qui pourra vous rassurer dans vos périodes de doutes, éventuellement vous donner un coup de main dans une matière, vous montrer son compte-rendu du TP que vous n'avez pas du tout compris...).

Peu de temps après vient la soirée d'intégration (c'est une soirée où le but est d'apprendre à se connaitre, que ce soit entre vous ou avec les deuxièmes années, avec une ambiance bon enfant, des jeux et absolument aucune obligation !).

Le reste de l'année pourra être ponctué de repas de classe (avant les vacances les délégués cherchent un resto assez grand pour accueillir une ou deux classe), de soirées plus intimes chez les uns ou chez les autres et de célébration des fêtes telles que les pères noël secrets.

L'ambiance en prépa peut être bien meilleure que tout ce que vous avez vécu jusqu'à présent, mais pour cela n'oubliez pas que c'est vous qui la créez.

Ne pensez pas qu'il règne au sein des promos un esprit de compétition (les profs s'assurent que ça n'arrive pas), cela ne profiterait à personne.

Demander de l'aide ou aider quelqu'un sont deux moyens très efficaces pour voir si on a compris le cours et aide à le fixer.

Pour ce qui est des activités extra-scolaires, la charge de travail est souvent trop importante pour pouvoir faire beaucoup de choses à côté des cours.

Cependant, il faut prendre du temps pour se vider la tête de temps en temps. Que ce soit en faisant du sport, de la musique, regarder des films/séries, . . . avoir au moins un moment pour soi dans la semaine est vraiment nécessaire et la perspective de ce moment vous aidera à passer les périodes les plus dures.

Mon expérience

Lorsque j'entendais parler de la prépa c'était toujours pour dire que c'était très dur, que les notes chutaient énormément par rapport au lycée et qu'il fallait travailler. Une fois en prépa, mes notes étaient clairement moins bonnes que ce que j'avais au lycée mais sans être catastrophiques.

Par contre, j'ai été stupéfaite par la quantité de travail à fournir.

Je me suis rendue compte qu'il m'arrivait de travailler 4h d'affilée la veille d'une colle de physique. Pour moi, comme pour plusieurs personnes de notre promo, ce qui nous a permis de tenir c'était surtout l'ambiance de classe.

Les soirées le jeudi, les repas à la cantine, le soutien reçu en toute circonstance aide vraiment à relativiser les longues journées et les résultats décevants.

Il n'est pas indispensable d'avoir une idée précise de ce que vous voulez faire plus tard pour tenir même si ça peut aider.

Pendant deux ans vous approfondirez beaucoup les matières scientifiques ce qui vous permettra de vous faire une meilleure idée de ce que vous voulez faire plus tard et de choisir votre école en conséquence.

Vous êtes plus géol.' ? Alors G2E est fait pour vous.

Vous voulez faire de la chimie plus tard ? Certaines places d'écoles de chimie sont réservées pour les BCPST, etc.

Pour ce qui est des concours, tant que la dernière épreuve n'est pas passée, vous avez toujours une chance de prouver ce que vous valez.

Je connais des gens qui ont failli ne pas passer en deuxième années et qui ont finalement eu des résultats leur assurant une très bonne école d'Agro ou qui étaient admissibles à Veto.

Enfin, ce n'est pas parce que vous n'avez pas des résultats excellents au lycée que vous ne réussirez pas en prépa.

Si les débouchées de la BCPST vous intéressent faîtes des demandes dans différents lycées sur APB, n'hésitez pas.

Dans le pire des cas, si ce cadre ne vous convient pas vous aurez toujours la possibilité de vous inscrire à la fac en cours d'année.

Manon T.

Expérience en Licence SVT (à La Réunion)

Bonjour à tous !

       J’ai passé un Bac scientifique avec option Mathématiques puis je me suis orientée sur une filière de Licence en SVT à l’Université Claude Bernard (Lyon1).

      En faculté, il me semble très important d’être autonome et d’avoir une bonne méthode de travail. Même si, il vrai, que de nombreuses associations étudiantes sont là pour vous soutenir avec par exemple des plages horaires pour du soutien scolaire.

      Les cours sont assez soutenus et le niveau de travail est assez important. Mais encore une fois, avec un peu d’organisation tout se passe très bien. Et vous avez du temps libre, ne vous inquiétez pas ! J’avais le temps pour mon emploi étudiant le weekend.

La plupart des examens sont sur les connaissances acquises ; il n’y a plus de devoir à rédiger.

     Vous avez aussi la possibilité, à Lyon, de vous spécialiser dès la L2. Pour ma part j’ai pris BEDO (Biologie Et Diversité des Organismes). Il y a de nombreux choix, tels que génétique ou biostatistiques par exemple.

On entend souvent dire que la fac, c’est pour les gens qui ne savent pas quoi faire ! FAUX !

    On peut obtenir une qualification très respectable avec de telles études et aller très loin ; on n’est pas obligé de faire une prépa pour réussir. Mais il faut « sortir du lot », montrer que vous avez les moyens d’aller loin et la volonté de réaliser votre projet.

    Pour ma part, je souhaite travailler dans la protection du milieu marin ou faire de la recherche dans le même secteur. En deuxième année, j’ai donc choisi de quitter Lyon pour me spécialiser dans le milieu dans lequel je souhaitais poursuivre mes études.

     J’entre donc cette année en troisième année de licence sur l’île de La Réunion et je vais continuer sur un Master en écologie marine.

 

   En étant, en faculté, vous pouvez postuler vers d’autres établissements même au milieu de votre licence ou de votre année !

   Renseignez-vous sur les différents établissements ! N’hésitez pas à quitter vos proches pour réussir vos études, osez partir, osez rêver !

 

Pour le moment, je suis très contente de mes choix et j’espère continuer loin dans ce domaine. Pour trouver une voie qui vous plaît, il est primordial de vous renseigner en amont… N’hésitez pas à parler à vos professeurs ou à aller voir un conseiller d’orientation.

Bon courage à vous tous !

Amandine P.

PACES (Première Année Commune des Etudes de Santé)

Concours Pharmacie

Je viens d’obtenir du premier coup la première année de PACES à Lyon Sud en ayant eu le concours Pharmacie, ce que je souhaitais. Médecine est une section que beaucoup d’étudiants choisissent et que malheureusement peu d’entre eux réussissent.

C’est vrai c’est une année difficile, qui demande énormément de boulot et de sacrifices. Pour vous donner une idée comme horaire je travaillais de 7h30 à 22h environ avec une heure de pause le midi, et les week-ends y compris. Après je travaillais avec une amie ce qui m’a beaucoup aidée car on était deux et on se soutenait énormément.

Elle a aussi réussi du premier coup le concours pour avoir Kiné.

Avant cette année j’étais en terminale S SVT et je n’étais pas forcément une excellente élèves je devais avoir environ 12, 13 de moyenne générale. J’ai eu mon BAC avec mention bien, mais ce qui compte en médecine ce n’est pas d’avoir 16 de moyenne en terminale mais c’est la volonté et la détermination qui font que vous passerez. Il faut trouver sa méthode et son rythme de travail et surtout ne pas abandonner car c’est long et dur.

Pour ceux qui souhaitent faire médecine plus tard je vous conseille de choisir la spé SVT car il y a des notions comme le cycle de Krebs que vous allez voir lors de cette première année ce qui n’est pas le cas en spé maths, ni physique.

Si vous avez des questions ou besoin de renseignements n’hésitez pas à me contacter via vos enseignants de SVT cela serait avec plaisir.

Et n’oubliez pas : « Quand on veut, on peut ! »

Maurane B.

Concours Kinésithérapie

Je suis étudiante en kinésithérapie, et ancienne élève du lycée Renée Descartes.

J'ai suivi la filière S spécialité SVT pour m'approcher au mieux de la biologie et du milieu médical.

J'ai fait et réussi ma PACES (première année communes aux études de médecines).

Beaucoup de matières étudié en PACES sont relatives au programme de SVT et notamment le cycle de Krebs dans la spécialité SVT. Même si certaines facultés conseillent de prendre math ou physique en spécialité pour faire de la médecine, vous en avez la preuve par mon parcours, qu'on peut très bien réussir médecine du premier coup en ayant suivi la spécialité S SVT. Un certain nombre de chapitres de SVT sont en rapport avec le milieu médical : neurones, diabète, immunologie… L'enseignement de SVT a été très enrichissant pour moi.

Concernant le vécu de ma PACES, je vous rassure qu' il ne faut pas être un génie pour réussir, juste avoir beaucoup de volonté et de motivation. Il faut être sûr de son choix et savoir que l'on s'engage dans une, voire deux année de travail acharné, sans sorties...

J'ai préféré rester pendant cette année chez mes parents pour avoir le moins de choses à faire (repas, ménages, courses...).

 J'avais pris une "boite à colle" (une prépa privée en parallèle) mais aujourd'hui le tutorat des élèves de  première année est largement développé pour pouvoir réussir sans boîte à colle.

Ce qui m'a vraiment aidé dans ma prépa c'est mon parrainage. Cela permet de se sentir soutenu, aidé, guidé tout au long de l’année.

Voilà, je vous souhaite à tous une bonne année et une réussite pour votre BAC et les études futures ! Si vous avez des questions plus spécifiques, demandez à vos professeures de SVT, elles pourront vous passer mon mail :)

 

Manon J.

 

Etudes de Géologie ( cursus universitaire)

voici un petit résumé de ce que j'ai fait après mon bacS-SVT, 

Licence : 2 premières années : fac de géologie à Lyon 1

3ème année : intégration de l'ENS Lyon. Ce n'est pas forcément facile d'y accéder, il faut être dans les premiers en fin de 2ème année et il y a une sélection sur dossier. On peut aussi intégrer cette école par le biais d'une prépa (mais je n'ai jamais aimé la méthodologie et l'état d'esprit prépa... point de vue personnel).

Master : intégration de l'ENAG (Ecole du BRGM à Orléans) en spécialité mines et carrières (géologie et gestion durable des ressources minérales) où j'ai fini major de promo ;) et où j'ai pas mal bougé (missions au Maroc, en Espagne, au Canada, etc... pour conduire des projets d'exploration sur des gisements à métaux précieux (Au, Ag, Cu) et métaux de base (Pb, Zn) , avec beaucoup de terrain, de cartographie, de minéralogie et de modélisation 3D.

J’ai effectué mon stage de M1 au BRGM sur la géochimie de l'or en Guyane française.

Fin de master : j'ai travaillé 6 mois pour une compagnie minière en Bretagne sur la recherche de gisements et où j'ai pu développer de nouvelles méthodologies en prospection minière.

Et maintenant,depuis janvier 2016 : je travaille pour LafargeHolcim en Alsace/Suisse en tant que chef de projet. Mes principales missions sont la prospection, la pérennisation des réserves de gisement, l'élaboration des dossiers de demande d'autorisation pour les ouvertures/les extensions de carrières, la gestion du patrimoine foncier (achat/ventes de terrains avec les communes et les propriétaires), etc... Je travaille sur un secteur regroupant une dizaine de carrières, une quinzaine de centrales à béton, et une cimentrie.

Projet futur : pour le moment acquérir de l'expérience, à plus long terme (et si le marché est favorable) monter une junior d'exploration minière avec quelques collègues.

J'espère que ces renseignements vous seront utiles ;)

Thibaut

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe